À propos

La Chambre des Notaires de la Gironde représente plus de 250 notaires exerçant au sein des 94 Offices Notariaux présents dans le département.

Composée de 21 membres du bureau, répartis en commissions, elle veille au respect des pratiques et promeut les valeurs du métier.

Elle joue un rôle de conseil et d’assistance notamment lors de la constitution des dossiers de cession ou d’association, un rôle de liaison entre le notaire et les instances supérieures de la profession, les administrations et les services judiciaires, ainsi qu’un rôle de classement et de conservation de documents professionnels, et un rôle de communication (participation à des manifestations et salons locaux, organisations de journées d’informations publiques).

Ce site a pour vocation de vous informer sur les missions, les compétences mais aussi les actualités du notariat en Gironde. Nous mettons également à votre disposition un annuaire des notaires sur le département ainsi que des annonces immobilières près de chez vous.

Structure

La réglementation actuelle des Chambres départementales des notaires résulte de l’ordonnance du 2 novembre 1945 et du décret du 19 décembre 1945.

Les membres de la Chambre sont renouvelés partiellement par élections au cours de l’assemblée générale de la compagnie des notaires du département qui a lieu chaque année au mois de mai.

La compagnie se réunit en assemblée générale deux fois par an, en mai et en novembre. Les réunions des membres de la Chambre ont lieu une fois par mois, ou plus si nécessaire.

Ce site a pour vocation de vous informer sur les missions, les compétences mais aussi les actualités du notariat en Gironde. Nous mettons également à votre disposition un annuaire des notaires sur le département ainsi que des annonces immobilières près de chez vous.

Maître Véronique Pata-Lavigne

Présidente

DE LA TABLETTE DE CIRE, À LA TABLETTE NUMÉRIQUE

Le notaire est avant tout un « Homme » et comme tout « Homme », il a su s’adapter aux bouleversements de notre monde.

Tout d’abord scribe en Egypte et chez les hébreux, il devient notarii chez les romains avant de devenir tabellion au IIIème siècle de notre ère.

Leur existence se justifiait par l’illettrisme de la population à ces différentes époques. Ils couchaient sur parchemins ou tablettes de cire au moyen de stylet, les conventions des parties qui ne pouvaient le faire elles-mêmes faute de savoir écrire.

Une différence notoire les distinguait cependant des notaires d’aujourd’hui: Ils n’étaient pas investis d’un pouvoir d’authentification comme l’est aujourd’hui le notaire.

Leurs actes n’avaient donc pas le caractère « incontestable » qu’ont à ce jour les actes notariés et qui revêtent eux le caractère « authentique ».

L’authenticité prend racine au XI et XII siècle au nord de l’Italie avant de se propager en France au XIIè siècle.

Saint Louis nomma en 1270, au Chatelet, les 60 premiers notaires.

La profession n’a eu cesse au cours des siècles de se structurer, devenant détentrice du sceau de l’Etat en 1597.

C’est au XXème siècle, qu’elle connaît un développement considérable et notamment grâce aux avancées technologiques:

Le parchemin …..le papier;

Le stylet ….. la plume puis le stylo;

La copie manuelle ….la photocopie;

La machine à écrire …. l’ordinateur;

Et puis retour au style mais numérique cette fois ci avec la signature électronique (MICEN) qui tout en garantissant l’authenticité absolue des actes, allège considérablement les séances de signature, permettant aux notaires de consacrer plus de temps aux explications et aux conseils.

Le notariat est une des professions les plus en avance en terme technologique et le notariat girondin n’est pas en reste, bien au contraire.

Le notariat a suivi la mutation de la société, tout d’abord dans les années 80 avec l’avènement des ordinateurs puis début des années 90 avec l’arrivée d’internet.

La profession a su s’adapter et utiliser tous les moyens technologiques pour se moderniser, se dotant d’un réseau intranet ultra sécurisé permettant notamment la publicité des actes auprès des services de publicité foncière.

Cette première phase, celle de la numérisation des contenus, est quasiment terminée chez les notaires.

Notre prochain défi sur lequel nous travaillons déjà est le Notariat 2.0, c’est-à-dire l’accès aux services par notre clientèle.

Notre clientèle est de plus en plus jeune, n’a connu, pour bon nombre d’entre eux, que les nouvelles technologies. Nous devons donc nous adapter pour la servir au mieux avec les outils qui sont les siens au quotidien.